Page d'accueil Page d'accueil Place Victor Hugo Cottage sur Pilotis Eglise St-Ouen L'Eclat Ville en 3D
Accueil » Internet - Numérique - Service Public » Le guide des droits et démarches pour les professionnels et les entreprises
Entreprises
Fil d'Ariane du guide : Guide des entreprises et professionnels » Création - Modification - Cessation » Modification - Cessation » Cessation, transmission et reprise d'entreprise » Réductions et exonérations fiscales pour les repreneurs d'entreprise

Réductions et exonérations fiscales pour les repreneurs d'entreprise

Mis à jour le 8 mars 2017
par « direction de l'information légale et administrative »

Pour favoriser la pérennité des entreprises en cours de reprise, les repreneurs bénéficient d'aides fiscales, réductions ou exonérations d'impôts, soumises à conditions. Ces différentes réductions d'impôts ne sont pas cumulables.

Entreprises Réduction d'impôt sur le revenu pour souscription au capital d'une PME

Une personne physique, domiciliée fiscalement en France, qui souscrit en Paiement en argent, qui peut être sous forme d'espèces, de chèques, de virements, etc. (professionnels) au capital d'une PME ou de sa propre entreprise peut bénéficier d'une réduction de l'impôt sur le revenu (IR) de 18 % des sommes investies.

Pour bénéficier de cet avantage fiscal, les versements sont retenus dans la limite annuelle de :

  • 50 000 ¤ pour une personne seule ;

  • 100 000 ¤ pour un couple marié ou pacsé.

Cette réduction d'impôt est accordée sous réserve notamment que la société bénéficiaire de la souscription respecte les conditions suivantes :

  • être une PME de moins de 7 ans ayant son siège social en France (ou dans EEE) ;

  • exercer une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale ou agricole ;

  • être en phase d'amorçage, démarrage ou d'expansion ;

  • ne pas être en difficultés financières ;

  • être soumise à l'impôt sur les sociétés (IS) ;

  • avoir moins de 10 millions d'euros de chiffre d'affaires ;

  • ne pas être cotée en bourse ;

  • employer 2 salariés, ou 1 s'il s'agit d'une entreprise artisanale, à la clôture de l'exercice suivant la souscriptionqui a ouvert droit à la réduction d'impôt ;

  • ne pas accorder de garantie en capital à ses associés ou actionnaires en contrepartie de leurs souscriptions.

La réduction d'impôt est reprise en cas de :

  • vente des parts avant 5 ans (avant le 31 décembre de la 5e année suivant la souscription) ;

  • remboursement des apports en numéraire avant 7 ans (avant le 31 décembre de la 7e année suivant la souscription).

En revanche, il n'y a pas lieu à reprise de la réduction en cas de :

  • licenciement du souscripteur ;

  • invalidité ou décès du souscripteur (ou de son époux) ;

  • annulation des titres à la suite de la liquidation judiciaire de la PME, ou pour cause de pertes ;

  • fusion ou scission ;

  • cession stipulée obligatoire par un pacte d'associés ou actionnaires ;

  • offre publique d'échange (OPE).

Entreprises Réduction d'ISF pour souscription au capital d'une PME

Les titres reçus en contrepartie de la souscription Paiement en argent, qui peut être sous forme d'espèces, de chèques, de virements, etc. (professionnels) au capital initial ou aux augmentations de capital d'une PME ou d'une entreprise solidaire d'utilité sociale (ESUS) (professionnels) ou de la souscription de titres participatifs de sociétés coopératives peuvent être exonérés d'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) pour leur valeur totale.

Cette réduction est égale à 50 % du montant des versements effectués, dans la limite annuelle :

  • de 45 000 ¤ en cas d'investissement direct ou via des sociétés holdings ;

  • de 18 000 ¤ en cas de souscription de parts de fonds d'investissement.

La société bénéficiaire doit, notamment :

Sont exclues les sociétés exerçant une activité financière, immobilière (y compris une activité de construction d'immeuble en vue de sa vente ou de sa location) ou de gestion de patrimoine mobilier.

Sauf notamment en cas de liquidation judiciaire de l'entreprise, de licenciement ou de décès du contribuable, la réduction d'impôt est reprise en cas de :

  • vente des parts avant 5 ans (avant le 31 décembre de la 5e année suivant la souscription) ;

  • remboursement des apports avant 7 ans (avant le 31 décembre de la 7e année suivant la souscription).

Les personnes qui demandent à bénéficier de cette réduction doivent joindre à leur déclaration d'ISF l'état individuel fourni par la société au capital de laquelle ils ont souscrit ou le fournissent dans les 3 mois suivant la date limite de dépôt de la déclaration d'ISF.

Attention

Attention : depuis le 1er janvier 2016, les apports de biens en nature ne sont plus éligibles à la réduction d'impôt. De même, ne bénéficient plus de la réduction les souscriptions en numéraire effectuées, à l'occasion d'une augmentation de capital, par un associé ou un actionnaire de la société, sauf s'il s'agit d'un "investissement de suivi".

Entreprises Abattement des droits de mutations pour la reprise par un salarié

La donation en pleine propriété d'un fonds artisanal, fonds de commerce, fonds agricole, de la clientèle d'une entreprise individuelle ou des titres d'une société à un salarié ou à un apprenti permet au Celui qui reçoit la donation (professionnels), sur option, de bénéficier d'un abattement 300 000 ¤ sur la valeur du fonds, de la clientèle ou sur la fraction de la valeur des titres représentative du fonds ou de la clientèle.

L'entreprise ou la société doit exercer une activité industrielle, commerciale, artisanale, agricole ou libérale.

Lorsque le bien donné a été acquis à titre onéreux par le donateur, l'abattement est subordonné à la condition que le bien ait été détenu depuis plus de 2 ans depuis son acquisition.

Le donataire doit :

  • soit être salarié de l'entreprise depuis au moins 2 ans ;

  • soit être sous contrat d'apprentissage en cours au jour de la donation ;

  • soit avoir des liens de parenté avec le donateur.

Le donataire doit poursuivre, à titre d'activité professionnelle unique, de manière effective et continue pendant les 5 années qui suivent la transmission, l'exploitation du fonds ou de la clientèle transmis, ou l'activité de la société dont les titres sont transmis, et en assurer la direction effective.

Entreprises Exonération d'impôt pour la reprise d'entreprise industrielle en difficulté

Une société créée avant le 31 décembre 2020 pour reprendre une entreprise en difficulté peut bénéficier d'une exonération d'impôt sur les sociétés pendant 2 ans.

Il s'agit notamment d'entreprise ayant fait l'objet d'une cession totale ou partielle ordonnée par le tribunal dans le cadre d'une procédure de sauvegarde, d'entreprise en situation de redressement ou liquidation judiciaire.

La reprise doit concerner une entreprise ayant uniquement une activité industrielle : transformation de matières premières ou de produits semi-finis en produits fabriqués et rôle prépondérant du matériel ou de l'outillage...

Certaines activités sont exclues, notamment les transports, la fabrication de fibres synthétiques, la sidérurgie, la pêche.

Le montant de l'exonération est soumis à un plafond qui varie selon la taille de l'entreprise et son implantation (par exemple, il est majoré pour les PME dans une zone d'aide à finalité régionale - ZAFR).

Le capital de la société créée ne doit pas être détenu directement ou indirectement par les personnes qui ont été associées ou exploitantes ou qui ont détenu plus de 50 % du capital de l'entreprise en difficulté l'année précédant la reprise.

Le repreneur doit produire, à l'appui de la déclaration de résultats, un état comportant des renseignements sur sa situation et sur celle de l'entreprise reprise et de ses associés ou exploitants.

Sur délibération des collectivités territoriales et des EPCI dotés d'une fiscalité propre, les entreprises qui bénéficient de cette exonération peuvent également bénéficier d'exonérations de cotisation foncière des entreprises (CFE), de CVAE et de taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB), pour une durée comprise entre 2 et 5 ans.

Entreprises Exonération d'impôt pour la reprise d'entreprise en ZRR

Les entreprises industrielles, commerciales, artisanales ou libérales implantées dans une Zone regroupant des territoires ruraux qui présentent des difficultés économiques et sociales, notamment une faible densité démographique, un déclin de la population totale (ou active) ou une forte proportion d'emplois agricoles. (professionnels) qui sont reprises avant le 31 décembre 2020 bénéficient d'exonérations d'impôt (professionnels) sur les bénéfices et de la contribution économique territoriale (CET).

references Références

sadresser Où s'adresser ?

Agence France Entrepreneur (AFE - ex-APCE)

L’Agence France Entrepreneur (AFE) a remplacé l'Agence pour la création d'entreprises (APCE) le 13 avril 2016.

Par courriel

Il est possible d'utiliser un formulaire de contact

Par courrier

14, rue Delambre

75682 Paris Cedex 14

Par téléphone

+33 1 42 18 58 58

Par télécopie

+33 1 42 18 58 00

Service des impôts des entreprises (SIE)

Service des impôts des entreprises
49.351925
0.530219
Téléphone +33 2 32 56 71 00
Site internet www http://www.impots.gouv.fr
Adresse :
Service des impôts des entreprises
Avenue De l'Europe
27500 PONT-AUDEMER
Horaires d'ouverture :
Du lundi au vendredi de 8h45 à 12h et de 13h30 à 16h30

Retour vers le haut de la page
Accueil - Accessibilité - Plan du site - Contacter la mairie - Webmestre - Mentions légales
Valid XHTML 1.0 ! Valid CSS ! Valid RSS ! Pour un web accessible maintenant ! Logo Villes Internet - 5 Arobases Logo Ville Fleurie