Page d'accueil Page d'accueil Place Victor Hugo Cottage sur Pilotis Eglise St-Ouen L'Eclat Ville en 3D

Le choeur de l'église Saint-Ouen

Histoire, vitraux et choeur de l'église Saint-Ouen

Intérieur de l'égliseL'église Saint-Ouen de Pont-Audemer est un édifice à trois nefs dont le choeur et le carré du transept ont été édifiés au cours de la clocher dont la base, encore visible de l'extérieur, est décorée latéralement d'arcatures aveugles en plein cintre qui, en se recoupant, forment des arceaux brisés. Cette disposition se remarque également, en Seine-Maritme, à l'église de Graville, dans les faubourg du Havre.

Le choeur qui ne comprend qu'une seule travée, se trouve limité par deux arcs doubleaux reposant sur des chapiteaux de l'époque romane. L'un d'eux est décoré de deux guerriers qui s'affrontent. Il a été voûté d'ogives et fermé par un chevalet plat dans le courant du XIIIè siècle, mais on peut supposer toutefois qu'il était antérieurement plus profond et doté d'une abside semi-circulaire. La base de la tour nord, du côté de la façade, présente également quelques vestiges du XIIIè siècle.

Les dernières années du XVè siècle virent la reconstruction de l'église. Michel Gonier en fut le premier maître d'oeuvre et les travaux exécutés sous la direction, à partir de 1486, eurent pour objet l'édification successive de la tour nord, de la base de la tour sud et de la façade occidentale. De cette même époque date, semble t'il la tour actuelle du clocher, qui s'élève en avant de l'ancienne, et dont le pilier nord-ouest laisse apparaître, dans sa maçonnerie, un fragment d'arcade de l'ancienne basse nef romane.

Intérieur de l'égliseA partir de 1506, deux maîtres maçons de Caudebec, Guillaume Morin et Thomas Théroulde, assurèrent la direction du chantier, édifiant les piliers de la nef et les cinq premières chapelles du bas-côté Méridional.

Après un ralentissement des travaux qui se fit sentir particulièrement entre 1516 et 1520, l'oeuvre bénéficia de l'impulsion d'un nouvel architecte que l'on croit pouvoir identifier avec Roland Le Roux, l'auteur des plans du Palais de justice de Rouen. On lui doit en particulier la partie supérieure des grandes arcades en tiers point, avec leur riche décoration Renaissance, le triforium aux baies jumelées comprises dans un fenestrage flamboyant ; les parties hautes de la nef, les chapelles latérales restant à édifier, le magnifique portail gothique qui orne la façade ouest et la loggia de son second étage.

Mais, l'épuisement des moyens financiers provoqua, à partir de 1556 l'interruption des travaux ; si bien que les fenêtres hautes de la nef, la décoration intérieure et extérieure du pignon occidental, le raccordement de la nef et de la nouvelle tour, ne furent jamais terminés

Il fallut conserver le choeur tel qu'il était, renoncer à édifier le nouveau transept ; et les voûtes d'ogives, prévues pour la nef, ne purent être exécutées ; ce qui entraîna le maintien de la charpente apparente, avec sa voûte de merrains. Les frises, les bandeaux sculptés et les piscines des chapelles latérales, l'ornementation des clefs de voûte, quoique plus sobrement réalisées, méritent également de retenir l'attention, comme aussi la très jolie rampe de pierre de l'escalier qui conduit à la salle du Trésor.

Accueil - Accessibilité - Plan du site - Contacter la mairie - Webmestre - Mentions légales
Valid XHTML 1.0 ! Valid CSS ! Valid RSS ! Pour un web accessible maintenant ! Logo Villes Internet - 5 Arobases Logo Ville Fleurie